Accueil » Articles » Exode 18 : Jethro

Exode 18 : Jethro

par | Mis à jour le 14 Oct, 2022 | Publié le 1 Jul, 2021 | Articles

Partie 2 de l’étude : « Nous ferons »…

 

Exode 18 : Jéthro

 

Pour une meilleure compréhension et pour ceux qui n’auraient pas pris connaissance du premier document sur l’Alliance Eternelle de Dieu, faisons ici un petit résumé de la fin de la partie 1:

Dans les versets 7 et 8 du chapitre 15 du livre de la Genèse, l’Eternel avait parlé ou plutôt prophétisé de cette manière à Abraham concernant la possession du pays promis à sa foi.

7 L’Eternel lui dit encore : Je suis l’Eternel, qui t’ai fait sortir d’Ur en Chaldée, pour te donner en possession ce pays.

8 Abram répondit : Seigneur Eternel, à quoi connaîtrai-je que je le posséderai ?……

13 Et l’Eternel dit à Abram : Sache que tes descendants seront étrangers dans un pays qui ne sera point à eux ; ils y seront asservis, et on les opprimera pendant quatre cents ans.

14 Mais je jugerai la nation à laquelle ils seront asservis, et ils sortiront ensuite avec de grandes richesses.

——–

Ca c’est ce qui a été dit à Abram. Si donc on suit la chronologie, on est censé retrouver dans le peuple de Dieu, même si 400 ans se sont passés, la même foi qu’avait leur père Abraham et retrouver aussi l’Alliance Eternelle de Dieu dans lequel Il s’engageait envers Lui-même pour conduire son peuple jusqu’à destination.

Oui retrouver dans la descendance d’Abraham cette même confiance en Dieu, et ceci malgré que les quatre cent ans prophétisé par l’Eternel se soient passés.

Du livre de la Genèse, nous allons maintenant venir dans le livre de l’Exode où les 400 ans sont maintenant passés.

Fin de la partie 1

——

Exode 2:

23 Longtemps après, le roi d’Egypte mourut, et les enfants d’Israël gémissaient encore sous la servitude, et poussaient des cris. Ces cris, que leur arrachait la servitude, montèrent jusqu’à Dieu.

24 Dieu entendit leurs gémissements, et se souvint de Son Alliance avec Abraham, Isaac et Jacob.

25 Dieu regarda les enfants d’Israël, et il en eut compassion.

Voilà pour l’entrée en matière. En revenant un peu en arrière, on voit que l’Eternel avait promis à Abraham de délivrer son peuple qui allait être tenu captif par la main de Pharaon, pour le conduire ensuite dans le pays où coule le lait et le miel. Ce pays, ce territoire étant spirituel avant tout.

400 ans se sont passés et le peuple est maintenant constitué. En principe et en tant qu’individu, chaque Israélite est censé vivre de la foi d’Abraham puisqu’ils sont de sa postérité et ensuite tous unis par le même Esprit, appelé à former un seul peuple pour vivre à Dieu.

Ceci est d’autant plus vrai et grand, que cette Alliance Eternelle concerne aussi les nations dont nous sommes, puisque chacun de ceux qui sont à Christ était dans les reins d’Abraham lorsque Dieu lui fit la promesse d’une postérité spirituelle à venir et que celle-ci concerne la venue en chair de notre Seigneur Jésus Christ. (Galates 3 v 16)

3 1 Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, sacrificateur de Madian ; et il mena le troupeau derrière le désert et vint à la montagne de Dieu, à Horeb.

Jéthro c’est le nom qui est en rapport avec sa fonction de sacrificateur en Madian, alors que son nom en tant que beau père de Moïse, c’est Réuel.

Il est mentionné sous ce nom en Exode 2 v 18 Quand elles (ses filles) furent de retour auprès de Réuel, leur père, il dit : « Pourquoi revenez-vous si tôt aujourd’hui » ?

Son nom Ruel, n’est cité qu’à deux reprises dans les Ecritures, alors que le reste du temps c’est sous le nom de Jéthro qu’il est fait mention de lui.

Jéthro, veut dire « prince » ou encore « excellence ». C’est son nom par rapport à sa fonction de « sacrificateur en Madian ». C’est donc en tant que sacrificateur de dieux étrangers en Madian qu’il offrait des sacrifices à ses dieux et à ceux de son peuple.

– C’est auprès de cet homme que Moïse a été à l’école de Dieu pendant 40 ans. Comme quoi les voies de Dieu sont loin d’être les nôtres.

Il était de la postérité d’Esaü et habitait dans le territoire de Madian, là où sont justement les ennemis de Dieu et de là où était aussi Balaam. De ce peuple il est écrit en Exode 25 v 17 que l’Eternel ordonnera à Moïse de les traiter en ennemis et de les faire tous mourir. Voilà donc de quel peuple était Jéthro et la fonction de sacrificateur qu’il exerçait au milieu d’eux.

Pourtant s’il advenait que vous veniez à parler de Jéthro à un croyant, eh bien il vous dira que d’après la façon dont il l’a lu, c’est pour lui un homme bien, et cela parce qu’il aurait donné de bons conseils à Moïse ; mais le problème voyez-vous, c’est que ce croyant ne sait pas voir de quel dieu Jéthro était au service, et c’est ça qui est grave.

2 L’ange de l’Eternel lui apparut (à Moïse) dans une flamme de feu, au milieu d’un buisson. Moïse regarda ; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point…..

6 Et il ajouta : Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob.

Voilà pour ces deux versets qui montrent que c’est en tant que le Dieu de son père, « les pères » dans la foi, que L’Éternel se présente à Moïse et que c’est sur la base de cette même nature de foi qui a été vu en Moïse, qu’il va maintenant devenir le serviteur de l’Eternel.

Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu.

7 L’Eternel dit : J’ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Egypte, et j’ai entendu les cris que lui font pousser ses oppresseurs, car je connais ses douleurs….

9 Voici, les cris d’Israël sont venus jusqu’à moi, et j’ai vu l’oppression que leur font souffrir les Egyptiens.

10 Maintenant, va, je t’enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d’Egypte mon peuple, les enfants d’Israël.

Chapitre 4

18 Moïse s’en alla ; et de retour auprès de Jéthro, son beau-père, il lui dit : Laisse-moi, je te prie, aller rejoindre mes frères qui sont en Egypte, afin que je voie s’ils sont encore vivants.

Jéthro dit à Moïse : « Va en paix ».

C’est après avoir passé 40 années au service de Jéthro, le sacrificateur en Madian, que Moïse se sépara de lui suite à l’appel de l’Eternel « son Dieu » en sa direction.

Moïse était arrivé là en tant qu’égyptien revêtu de toute la noblesse qui allait avec, et il en est sorti en tant que « berger des troupeaux de Jéthro ». Il lui a donc fallu apprendre ce qu’était l’abaissement dans l’obéissance, la faiblesse et l’humiliation, car Moïse, comme chef et comme libérateur du peuple de Dieu, était aussi un type de Christ.

Plusieurs semaines s’étant passées depuis que Moïse s’était séparé de son beau père, on voit réapparaitre ce dernier en Exode 18 en tant que Jéthro, et non pas Réuel, comme c’est écrit.

18 1 Jéthro, sacrificateur de Madian, beau-père de Moïse, apprit tout ce que Dieu avait fait en faveur de Moïse et d’Israël, son peuple ; il apprit que l’Eternel avait fait sortir Israël d’Egypte.

C’est lui comme on va le voir plus loin, qui va faire entrer la notion du « nous ferons tout ce que l’Eternel a dit », annulant ainsi et d’un seul coup l’Alliance que Dieu avait faite en direction de la foi d’Abraham; Alliance dans laquelle Il s’engageait Lui-même à emmener son peuple jusqu’à destination. Oui puisque dans la notion de « nous ferons » c’est la main de l’homme qui est à l’œuvre à la place de Celle de Dieu.

Ceci est un point très important à connaître à cause de la gravité de la chose.

Pour connaître le côté vicieux de la notion du devoir faire de l’homme introduite par Jéthro au sein du peuple de Dieu et qui nous est parvenu à nous aussi les nations, le minimum c’est déjà d’être au point sur l’Alliance que Dieu a faite avec Abraham l’homme en qui « Foi » était.

Il est évident que dans l’engagement de Dieu par rapport à son Alliance, il n’y avait pas seulement le fait de porter son peuple, de le nourrir, de combattre les ennemis à sa place, mais aussi le fait qu’il ne demandait rien à personne en échange de son engagement envers chacun, et encore le fait que dans cette alliance il prenait aussi sur Lui et sans y répondre, les murmures du peuple.

Oui dans l’engagement de Dieu envers son peuple, il prenait aussi sur Lui le mauvais état de cœur du peuple, ne disant rien, mais supportant tout.

Si on a du mal à saisir tout ce que comprend cette Alliance Eternelle de Dieu, alors il n’y a qu’à regarder ce par quoi est passé Jésus qui est Lui-même le centre de cette promesse induite dans l’Alliance, pour que celle-ci nous atteigne à tous sans exception et sans avoir rien à donner en retour.

Et pourtant cette notion du « nous ferons tout ce que l’Eternel a dit », nous a, pour notre plus grand malheur atteint à nous aussi les nations bien que souvent on s’en défende, et c’est pour cette raison qu’il est impossible de passer cette chose sous silence et de faire comme si tout était normal.

Non il n’y a rien de normal dans le fait que ce soit un sacrificateur de dieux étrangers qui, sous le prétexte de donner de bons conseils à Moïse en vienne à faire croire aux croyants que c’est par le moyen de lois qu’on devra répondre aux attentes de Dieu.

—-

2 Jéthro, beau-père de Moïse, prit Séphora, femme de Moïse, qui avait été renvoyée.

3 Il prit aussi les deux fils de Séphora….. 

5 Jéthro, beau-père de Moïse, avec les fils et la femme de Moïse, vint au désert où il campait, à la montagne de Dieu.

C’est donc bien en tant que -sacrificateur dans le pays de Madian- que Jéthro vient se présenter devant Moïse, mais c’est sous le couvert de sa position de « beau père » qu’il va le faire puisqu’il avait emmené avec lui la femme et les deux fils de Moïse. L’Écriture est très fine, c’est pourquoi elle montre le subtile mélange qu’il y a entre le « sacrificateur de Madian » et le « beau-père de Moïse ».

Cependant voyons, comme c’est écrit au verset 1, que le véritable but de la venue de Jéthro en direction de Moïse, n’était pas de lui emmener sa femme et ses deux fils, mais c’était parce qu’il avait apprit « tout ce que Dieu avait fait en faveur de Moïse et d’Israël, son peuple ».

La question qu’on peut alors se poser, est de savoir ce que cet homme avait derrière la tête en venant vers Moïse en tant que son « beau père », puisque sa fonction à lui était de servir des dieux, autres que l’Eternel Le Dieu de Moïse.

Dit d’une autre manière on dira que c’est par ruse que Jéthro utilisa sa position humaine de « beau père de Moïse » (Réuel) pour venir sur le territoire de Dieu, mais il le fit en ne laissant jamais de côté sa position de sacrificateur des dieux à qui il sacrifiait en Madian.

En effet pour pouvoir asseoir son autorité sur le peuple de Dieu, il ne fallait pas moins qu’un sacrificateur pour l’atteindre au cœur. Et ça a marché.

Ce qu’a fait Jéthro est très subtil, au point que personne ne voit la tromperie que pourtant l’écriture met en évidence.

6 Il fit dire à Moïse : Moi, ton beau-père Jéthro, je viens vers toi avec ta femme et ses deux fils.

En parlant de cette manière Jéthro se place déjà en tant qu’autorité de Moïse.

7 Moïse sortit au-devant de son beau-père, il se prosterna et il le baisa. Ils s’informèrent réciproquement de leur santé, et ils entrèrent dans la tente de Moïse.

8 Moïse raconta (alors) à son beau-père (et pas à celui qui officiait en tant que sacrificateur dans son pays « Madian ») tout ce que l’Eternel avait fait à Pharaon et à l’Egypte à cause d’Israël ; toutes les souffrances qui leur étaient survenues en chemin, et comment l’Eternel les avait délivrés.

9 Jéthro (mettant de côté sa fonction de beau père car n’ayant jamais quitté sa fonction de sacrificateur de dieux étrangers) se réjouit de tout le bien que l’Eternel avait fait à Israël, et de ce qu’il l’avait délivré de la main des Egyptiens.

10 Et Jéthro dit : Béni soit l’Eternel, qui vous a délivrés de la main des Egyptiens et de la main de Pharaon ; qui a délivré le peuple de la main des Egyptiens !

11 Je reconnais maintenant que l’Eternel est plus grand que tous les dieux ; car la méchanceté des Egyptiens est retombée sur eux.

Voilà pour le texte. Pour Jéthro la façon de reconnaître que l’Eternel est au dessus de tous les autres dieux, c’est la façon dont les Egyptiens ont été punis de leur méchanceté.

Qui n’a jamais entendu ce genre de message, ce genre de prédication de la part de responsables religieux. Si tu fais le mal, Dieu va te châtier et faire retomber ta méchanceté sur toi.

En parlant de cette manière le responsable de l’assemblée emploie exactement le même langage que celui de Jéthro? En fait, l’image qu’on nous présente de Dieu est celle d’un père fouettard. Mais comment est-il possible d’aimer ce genre de père ? C’est impossible voyons !

En fait le problème de Jéthro est qu’il ne voit pas avec les mêmes yeux que Moïse.

Pour Moïse c’est uniquement la délivrance que l’Eternel a opérée en faveur de son peuple qu’il voit, alors que pour Jéthro, lui ce qu’il voit, c’est la punition des Egyptiens qui serait venue de part de l’Éternel.

Mais puisque Jéthro déclare aussi que l’Eternel est plus grand que tous les dieux que lui-même sert, on pourrait maintenant s’attendre à ce qu’il en vienne à quitter sa fonction de « sacrificateur en Madian » pour se rallier au peuple de Dieu et aller en direction du pays promis à la foi d’Abraham ?

Mais non, ce n’est pas du tout ce que la suite du texte va nous montrer.

Il y a donc comme une forme d’hypocrisie bien cachée en Jéthro. Un hypocrite étant une personne qui joue un double jeu.

12 Jéthro, beau-père de Moïse, offrit à Dieu un holocauste et des sacrifices.

Voila, on y vient !

Ainsi Jéthro, en tant que « sacrificateur de dieux étrangers » mais sous le couvert de sa position de « beau père de Moïse », est celui qui s’autoproclame « sacrificateur du Dieu de Moïse », et qui rajoute ainsi l’Éternel à sa longue liste des dieux qu’il sert !

Aaron et tous les anciens d’Israël vinrent participer au repas avec le beau-père de Moïse, en présence de Dieu.

Ainsi Aaron et tous les anciens d’Israël n’y ont vu que du feu ; mais voyons qu’à ce repas il n’est pas fait mention de Moïse. Y était-il ou n’y était-il pas, rien n’est écrit à ce sujet, mais la suite nous montre que le côté « Jéthro », n’apparaît plus dans le texte.

Jusqu’à la venue de Jéthro il n’y avait pas de sacrificateurs au sein du peuple de Dieu et lorsqu’il y avait sacrifice, comme la pâque en l’honneur de l’Eternel, cela se faisait dans chaque maison, et personne ne faisait cela à la place d’autres.

Un « holocauste et des sacrifices » nécessite des sacrificateurs. On peut donc dire sans crainte de se tromper que Jéthro transporta avec lui la fonction de sacrificateur de dieux étrangers qu’il avait dans son pays pour l’intégrer au sein du peuple de Dieu.

En effet à aucun endroit, on ne voit l’Eternel demander à Abraham de lui offrir des sacrifices et des holocaustes en retour de Son Alliance. Alors pourquoi Jéthro vient-il instituer un rite qui jusque-là n’existait pas au milieu du peuple de Dieu ?

Suite à cela, on peut alors penser qu’il y a eu entre Moïse et Jéthro son beau père, une petite explication sur ce qu’il avait fait la veille au sujet de l’holocauste et des sacrifices. C’est pourquoi le nom de Jéthro n’apparait plus à partir de là mais seulement le terme « beau-père ».

13 Le lendemain, Moïse s’assit pour juger le peuple, et le peuple se tint devant lui depuis le matin jusqu’au soir.

14 Le beau-père de Moïse vit tout ce qu’il faisait pour le peuple, et il dit : Que fais-tu là avec ce peuple ? Pourquoi sièges-tu seul, et tout le peuple se tient-il devant toi, depuis le matin jusqu’au soir ?

15 Moïse répondit à son beau-père : C’est que le peuple vient à moi pour consulter Dieu.

16 Quand ils ont quelque affaire, ils viennent à moi ; je prononce entre eux, et je fais connaître les ordonnances de Dieu et ses lois.

17 Le beau-père de Moïse lui dit : Ce que tu fais n’est pas bien.

18 Tu t’épuiseras toi-même, et tu épuiseras ce peuple qui est avec toi ; car la chose est au-dessus de tes forces, tu ne pourras pas y suffire seul.

19 Maintenant écoute ma voix ; je vais te donner un conseil, et que Dieu soit avec toi !

« …que Dieu soit avec toi ! ». Ah bon ! Donc d’après le beau père de Moïse Dieu n’était pas encore avec Lui, mais sur son conseil, désormais Il le sera.

Pourtant il me semble bien qu’en Exode 3 l’Eternel avait parlé de cette manière à Moïse :

11 Moïse dit à Dieu : Qui suis-je, pour aller vers Pharaon, et pour faire sortir d’Egypte les enfants d’Israël ?

12 Dieu dit : Je serai avec toi !

Voyons aussi que depuis toujours, ce que Dieu demandait à l’homme, c’était d’écouter Sa voix, La Sienne, et voici que Jéthro, celui qui se place au dessus de Moïse en se servant de sa position de beau père, veut le convaincre d’écouter la sienne de voix, donc la voix de l’homme à la solde de l’ennemi.

Pourtant, lorsque l’Eternel a donné l’Alliance à Abraham, l’homme de Dieu ne l’a-t-il pas reçu comme lui parvenant par Sa voix ? Oui bien sur, mais voici que maintenant il serait question pour Moïse et le peuple à sa suite, de changer de voix, donc de voie avec les conséquences désastreuses qui vont aller avec.

Voilà ce que je veux dire : Qui n’est pas passé par ce même chemin de séduction lorsqu’il était dans la religion ? A quelle voix/Voix portions-nous notre oreille en ce temps là : La voix de Dieu ou bien la voix d’un homme qui se faisait passer pour un « sacrificateur/pasteur au service de Dieu », alors que c’était au service de dieux étrangers qu’il était.

Donc si Moïse lui le serviteur de Dieu est tombé dans le piège tendu par Jéthro puisqu’il a écouté puis suivi ses conseils, quoi d’étonnant que nous y tombions aussi.

Qui n’a pas un jour pensé que les conseils de Jéthro envers Moïse étaient bons, alors qu’en réalité il était un serviteur de l’adversaire.

Mais au-delà de ça, qu’est ce qui est en train de se passer ici ? Alors que dans son Alliance avec Abraham, l’Eternel n’a eu de cesse de s’engager avec lui sur la base de Son « Je », Jéthro est en train de dire à Moïse qu’il va s’épuiser à la tâche.

Mais qui travaillait ici ? Cela ne fait-il sursauter personne ? De manière sournoise, Jéthro est en train de remettre en question la capacité de l’Eternel à accomplir ce qu’Il a déclaré, et cela ne ferait réagir personne !

Voici le texte dans Exode 6 :

2 Dieu parla encore à Moïse, et lui dit : Je suis l’Eternel.

3 Je suis apparu à Abraham, à Isaac et à Jacob, comme le Dieu tout-puissant ; mais je n’ai pas été connu d’eux sous mon nom, l’Eternel.

4 J’ai aussi établi Mon Alliance avec eux, pour leur donner le pays de Canaan, le pays de leurs pèlerinages, dans lequel ils ont séjourné.

5 J’ai entendu les gémissements des enfants d’Israël, que les Egyptiens tiennent dans la servitude, et je me suis souvenu de Mon Alliance.

6 C’est pourquoi dis aux enfants d’Israël : Je suis l’Eternel, je vous affranchirai des travaux dont vous chargent les Egyptiens, je vous délivrerai de leur servitude, et je vous sauverai à bras étendu et par de grands jugements.

7 Je vous prendrai pour mon peuple, je serai votre Dieu, et vous saurez que c’est moi, l’Eternel, votre Dieu, qui vous affranchis des travaux dont vous chargent les Egyptiens.

8 Je vous ferai entrer dans le pays que j’ai juré de donner à Abraham, à Isaac et à Jacob ; je vous le donnerai en possession, moi l’Eternel.

Est-ce que ces paroles données à Moïse pour aller ensuite en direction du peuple ne sont pas de la même nature que celles données à Abraham ? Bien sur que oui.

 

Sois l’interprète du peuple auprès de Dieu, et porte les affaires devant Dieu (continue de dire le beau père de Moïse, selon sa sagesse bien humaine)

Mais n’est-ce pas ce que Moïse faisait déjà depuis trois mois, depuis leur sorti d’Egypte ?

 

20 Enseigne-leur les ordonnances et les lois ; et fais-leur connaître le chemin qu’ils doivent suivre, et ce qu’ils doivent faire.

Voilà donc ce qui manquait au peuple d’après le beau père de Moïse ; il lui manquait des lois et des ordonnances qui lui diraient maintenant ce qu’il devait ou ne pas faire.

En fait en parlant de cette manière Jéthro était en train de mettre une séparation entre Dieu et son peuple. Dans l’Alliance faite avec Abraham sur tous les points que nous avons pu lire, partout c’était l’Eternel qui s’engageait à faire ce qu’il avait Lui-même promis, et voici qu’en l’espace d’une seconde, Jéthro fait introduire une main humaine, charnelle dans une chose qui est de l’ordre du Divin.

Voilà frères et sœurs dans quoi nous sommes tous tombés un jour ou l’autre. Voilà comment en l’espace d’une seconde, l’adversaire nous a séparés de ce que Dieu avait prévu pour tous ceux qui sont à Lui, nous les nations y compris.

Pour ce qui concernait Moïse à la différence du point de vue de Jéthro, c’est que lui n’enseignait pas dans le but de faire connaitre aux Israelites ce qu’ils doivent faire. Pour Moise il n’y avait pas de devoir faire, non il était juste le porte voix de la Voix de Dieu en direction du peuple, sans rien d’autre ou sans plus.

Son unique préoccupation était de faire connaitre Dieu à chacun d’eux au travers des ordonnances de Dieu et des lois de Dieu :

15 Moïse répondit à son beau-père :

C’est que le peuple vient à moi pour consulter Dieu (et pas pour consulter Moise).

16 Quand ils ont quelque affaire, ils viennent à moi ; je prononce entre eux, et je fais connaître les ordonnances de Dieu et ses lois.

Après ce que Moise avait prononcé, tout ce passait entre l’Israelite et son Dieu. Le devoir faire était absent, et c’est suivant la connaissance de Dieu dans une intimité que l’Israelite faisait ou ne faisait pas.

Mais pour le « beau-père de Moise » il en était tout autrement :

19 Maintenant écoute ma voix ; je vais te donner un conseil, et que Dieu soit avec toi ! Sois l’interprète du peuple auprès de Dieu, et porte les affaires devant Dieu.

20 Enseigne-leur les ordonnances et les lois ; et fais-leur connaître le chemin qu’ils doivent suivre, et ce qu’ils doivent faire.

En fait en agissant de cette manière Jéthro faisait en sorte de rendre caduque l’Alliance que Dieu voulait mettre en place et ce de manière individuelle dans le cœur de chacun.

Le fait est aussi qu’on ne sait que trop d’où viennent les ordonnances et les lois que le « beau père de Moise » évoque, contrairement à celles que Moise fait connaitre au peuple et qui sont clairement celles de Dieu.

Si quelqu’un sert de faux dieux, n’évoquera-t-il pas des ordonnances et des lois qui sont forcement de la même nature que les faux dieux qu’il sert ?

Et tout cela est arrivé à la suite d’un bon repas, dans lequel Aaron et les anciens vinrent participer, mangeant l’holocauste et les sacrifices qui venaient d’être offert par un sacrificateur de faux dieux, mais qui avait maintenant un Dieu supplémentaire plus grand que les autres dieux.

En fait celui qui n’a jamais quitté sa position de sacrificateur de faux dieux, venait en un instant d’ôter la liberté que chacun avait en lui-même de servir et d’honorer Dieu sans aucune obligation, mais par amour de ce Dieu qui se faisait connaitre à chacun.

—–

Qu’a dit son beau père à Moïse ? Eh bien, il lui a dit d’écouter sa voix à lui, la sienne, celle d’un homme. Un homme qui va lui donner des conseils et que sur la base des conseils qui auront été donné par un homme, eh bien Dieu sera avec lui. Dieu sera l’aide de l’homme. C’est bien ça n’est ce pas ? L’homme en premier et Dieu en second en tant que son aide

Dieu sera donc au service de Moïse et cela est venu par Jéthro.

Mais, frères et sœurs ou ami lecteur, dans cette parole de Jéthro, où voyons-nous la manifestation de L’Alliance de Dieu qui s’était engagé Lui-même par parole et par serment à s’occuper de tout ?

Eh bien c’est ce même langage, c’est ce même message qui est parvenu jusqu’à nous les nations. Dans les milieux religieux on fait sous entendre aux croyants qu’ils doivent faire pour parvenir au salut ou à la sanctification pour ne parler que de ces deux sujets… et que Dieu les aidera dans leur démarche.

En fait par son conseil à Moïse, Jéthro venait de se mettre entre Dieu et Moïse. Il faisait maintenant office de « sacrificateur de Dieu » pour Moïse ainsi que pour tout le peuple dont Moïse avait la responsabilité.

C’est exactement de la même manière que les choses se passent dans tous les milieux religieux sans exception. A leur tête il y a des hommes, et ce sont ces hommes « de bon conseil » qui font office de sacrificateur entre Dieu et les croyants, alors même qu’ils les envoient dans des voies d’égarement : Exactement comme l’a fait Jéthro envers Moïse.

Verset 20 : Enseigne-leur les « ordonnances et les lois » ; et fais-leur connaître le chemin qu’ils doivent suivre, et ce qu’ils doivent faire

Et d’après vous, qui est le grand absent dans tout cela ?

C’est Dieu et Son Alliance qui était et qui est encore en faveur de tous, sans exception.

Voilà frères et sœurs comment le piège est venu se refermer sur Moïse et sur tout le peuple de Dieu qui quelque part se trouvait « en Moïse ».

A partir de maintenant le peuple va n’entendre qu’une seule voix de la part de Dieu à travers la bouche de Moïse, une voix qui va leur parvenir sous formes de lois, d’ordonnances et de commandements. Oui ce qui au départ, était un choix entre Voix de Dieu et voix de l’homme allait maintenant devenir une seule voix sans autre choix.

Alors que l’Eternel voulait que tous ceux qui lui appartiennent entre chacun et de manière individuelle dans Son Alliance, voilà qu’arrive un sacrificateur de dieux étrangers, qui de surcroit s’établi lui-même sacrificateur de l’Éternel, et sous le couvert de sa position de beau père, c’est-à-dire prenant l’ascendant sur Moïse, vient lui dire que sa façon d’agir n’est pas la bonne et que désormais ce sera lui Moïse qui devra dire au peuple ce qu’il doit faire.

Si maintenant c’est l’homme qui va devoir faire, où va alors passer l’Alliance de Dieu dans laquelle c’est Lui Seul qui s’engage pour nous et en notre faveur ? Eh bien elle ne fera plus partie des messages qui seront prêchés semaine après semaine, alors qu’il est pourtant question d’une Alliance Eternelle.

Désormais les croyants n’entendront plus qu’une seule voix, qu’une seule parole qui est celle du devoir faire de l’homme Jéthro, et cette voix/voie leur paraîtra normale puisqu’ils n’ont jamais rien entendu d’autre.

Et nous-mêmes qui avons été au contact de responsables religieux dans les assemblées où nous allions, n’est ce pas de cette manière que nous étions enseignés ?

N’est ce pas le responsable de l’assemblée qui nous disait ce que nous devions ou ne devions pas faire, mettant ainsi de côté l’Alliance Eternelle de Dieu de laquelle par la foi, nous sommes placés en Christ.

Où est donc passée cette si belle Alliance de Dieu qui normalement devrait nous enseigner de cœur à cœur et par l‘Esprit, et nous le faire connaitre Lui ?

Où se trouve donc le repos que Dieu a promis dans Son Alliance, et qui est pour tous ceux qui croient en Lui par Jésus Christ ?

La question que chacun peut se poser maintenant, est de savoir si oui ou non, l’Alliance Eternelle de Dieu m’a un jour été présentée, et si cela n’a pas été fait, alors sous quelle alliance je vis ma vie, cette vie qui normalement est appelée à être vécu « en Christ ».

Alors que depuis la résurrection de Jésus Le Saint Esprit nous a été donné, son ministère est maintenant « comme rendu nul », puisque ce n’est pas par Lui que nous sommes enseignés, mais par des hommes qui, par des moyens extérieurs, viennent nous prêcher des lois et des ordonnances, au lieu de nous faire entrer dans l’intimité de Jésus-Christ qui nous a racheté pour vivre à Dieu, notre Père dans le ciel.

C’est ainsi que le conseil de Jéthro continu :

21 Choisis parmi tout le peuple des hommes capables, craignant Dieu, des hommes intègres, ennemis de la cupidité ; établis-les sur eux comme chefs de mille, chefs de cent, chefs de cinquante et chefs de dix.

22 Qu’ils jugent le peuple en tout temps ; qu’ils portent devant toi toutes les affaires importantes, et qu’ils prononcent eux-mêmes sur les petites causes. Allège ta charge, et qu’ils la portent avec toi.

Ce qui veut dire que pour Jéthro, Dieu avait chargé Moïse d’une mission beaucoup trop lourde à porter par lui seul et que l’Alliance de Dieu était en fait comme un leurre.

Dit autrement : le Dieu que tu sers Moïse n’a aucune compassion pour toi. Heureusement que je suis venu vers toi pour régler ce problème et te décharger de ce lourd fardeau que Dieu a mis sur toi.

23 Si tu fais cela, et que Dieu te donne des ordres, tu pourras y suffire, et tout ce peuple parviendra heureusement à sa destination.

24 Moïse écouta la voix de son beau-père, et fit tout ce qu’il avait dit.

Donc si Moïse lui le serviteur de Dieu est tombé dans le piège tendu par Jéthro, quoi d’étonnant que nous y tombions aussi.

Qui n’a pas un jour pensé que les conseils de Jéthro envers Moïse étaient bons, alors qu’en réalité il était un serviteur de l’adversaire.

Et pendant tout ce temps Dieu garda le silence sur cette affaire, car ne perdons pas de vue que Moïse était aussi à l’école de Dieu et que dans cette Ecole tout un chacun peut se tromper ou être trompé ; ce fut le cas de Moïse que Dieu n’a pas prévenu du piège car il fallait que ce qui était caché soit révélé, c’est pourquoi il ne reçut aucun reproche de la part de Son Dieu.

Si Dieu ne dit rien à son serviteur, avons-nous, nous, le droit de lui jeter la pierre alors que nous marchons justement dans ce même principe du devoir faire qu’a institué Jéthro ?

Et comment pourrait-il en être autrement pour nous, si personne n’est encore venu nous parler de cette magnifique l’Alliance Eternelle que Dieu a faite en direction de tous ceux qui croient en son Fils Jésus Christ, Lui Le Fils de la Promesse qui a été manifesté depuis maintenant 2000 ans ?

Et aussi, devons-nous exclusivement rejeter la faute sur les responsables religieux qui ne nous auraient pas fait connaître cette bien belle Alliance qui donne accès au repos à tout homme qui croit en Lui par Jésus Christ, alors que nous aussi nous avons les Ecritures à portée de mains ?

En parlant de cette manière loin de moi de vouloir attrister quiconque, mais il me semble que le sujet qui est abordé ici est suffisamment sérieux et grave pour prendre en compte toutes les parties, que celles-ci mettent de la joie dans notre cœur ou bien de la tristesse de voir combien nous-mêmes nous avons aussi été manipulés par l’adversaire et l’opposant de Dieu.

25 Moïse choisit des hommes capables parmi tout Israël, et il les établit chefs du peuple, chefs de mille, chefs de cent, chefs de cinquante et chefs de dix.

26 Ils jugeaient le peuple en tout temps ; ils portaient devant Moïse les affaires difficiles, et ils prononçaient eux-mêmes sur toutes les petites causes.

27 Moïse laissa partir son beau-père, et Jéthro s’en alla dans son pays.

Si Moïse laissa partir son beau père, c’est d’abord parce que la décision ne venait pas de Moïse, mais de celui qui n’avait jamais quitté sa position de sacrificateur en Madian.

Sur le plan humain Jéthro avait beaucoup trop à perdre, et on était bien loin de ce qu’il avait dit la veille ou l’avant-veille, que l’Eternel était plus grand de tous les dieux.

Mais alors si l’Eternel était devenu pour lui le plus grand, pourquoi ne pas laisser tous ses faux dieux en Madian et suivre Le seul et Véritable Vrai Dieu ?

Mais non, décidemment Jéthro était bien un serviteur de l’adversaire qui, après avoir fait son œuvre néfaste de mettre le peuple dans l’obligation de marcher uniquement par ordres et par commandements par rapport à Son Dieu, s’en retourne maintenant vers les siens et leurs faux dieux.

Le ver étant maintenant entré dans le fruit, Jéthro pouvait retourner satisfait dans sa patrie.

Dans le chapitre précédent (Exode 17 v 13), on a vu que La force brutale d’Amalek n’avait pas pu vaincre le peuple d’Israël conduit par Josué, alors comme par hasard, Jéthro est arrivé avec toute sa ruse.

Ce que l’adversaire ne peut obtenir parla force, il cherchera à l’obtenir pas la ruse en employant des paroles pleines de sagesse qui mettent dans la confiance ceux qui les écoutent.

———-

Voilà pour la deuxième partie de ce document.

Je vous propose de continuer dans un autre document qui vient à la suite des deux premiers si le sujet vous intéresse toujours.

Ce document qui vient, est toujours en rapport avec l’Alliance de Dieu en direction d’Abraham et de sa foi, et de ce que Jéthro a semé dans le cœur du peuple de Dieu pour voiler et rendre caduque cette Alliance.

Mais soyons quand même rassurés. Quoi qu’il arrive, cette Alliance de Dieu ne peut être ni détruite ni annulée, puisqu’il est écrit qu’il s’agit ici d’une Alliance Eternelle dans laquelle Dieu s’est engagé par serment en jurant par Lui-même.

De cette Alliance Eternelle, David qui était aussi prophète et un type de Christ, en parlera aussi:

23 1 Parole de David, fils d’Isaï, parole de l’homme haut placé, de l’oint du Dieu de Jacob, du chantre agréable d’Israël.

2 L’esprit de l’Eternel parle par moi, et sa parole est sur ma langue.

3 Le Dieu d’Israël a parlé, le rocher d’Israël m’a dit : Celui qui règne parmi les hommes avec justice, celui qui règne dans la crainte de Dieu, est pareil à la lumière du matin, quand le soleil brille et que la matinée est sans nuages ; ses rayons après la pluie font sortir de terre la verdure.

5 N’en est-il pas ainsi de ma maison devant Dieu, puisqu’il a fait avec moi une Alliance Eternelle, en tous points bien réglée et offrant pleine sécurité ? Ne fera-t-il pas germer tout mon salut et tous mes désirs ?

Donc quoi qu’il se passe et quoi qu’on lise dans ce qui va suivre, Dieu ne reviendra jamais sur les promesses par lesquelles Il s’est engagé envers Abraham jusqu’à nous atteindre nous, et jusqu’à la fin des temps.

 

A suivre……

——————–

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Continuez votre lecture via les différentes catégories :

Les merveilles de Jésus
Compréhensions spirituels
La foi
Études bibliques
Le commandement d’obligation
Les aticles
Les premières déviations
Les témoignages