Accueil » Témoignages » Comment Dieu s’est fait connaître dans ma vie

Comment Dieu s’est fait connaître dans ma vie

par | Mis à jour le 6 May, 2022 | Publié le 16 Aug, 2021 | Témoignages

Comment Dieu s’est fait connaître dans ma vie

Témoignage de Philippe

Bonjour,

Je me prénomme Philippe.

Je fais partie d’un petit groupe de chrétien qui est plutôt une Famille qu’un groupe de personnes.

Oui, cette belle famille que Dieu s’est faite par Jésus-Christ.

Je parle en termes de Famille avec un grand F, car c’est une chose vivante et précieuse pour moi et non d’une famille avec une notion humaine et religieuse.

Nous vivons ensemble depuis plusieurs années et nous avons traversé des bons et des moins bons moments, et il se trouve que ce n’est pas par nos moyens humains ou nos qualités quelconques que nous sommes encore ensemble aujourd’hui, dans cette Unité qui ne se trouve qu’en Jésus.

Comme le ferait une famille, nous partageons ensemble, lors de rencontres physiques ou par des échanges de mails, ce que nous découvrons de beau et de Merveilleux en Jésus, notre Sauveur.

C’est avec cet état d’esprit, étant dans la paix et dans la joie qui découle du Message que Dieu a donné depuis le commencement pour tous les hommes, que nous désirons que d’autres puissent aussi connaître Dieu et sa Justice afin de pouvoir être en paix avec Dieu.

Je vais maintenant vous partager un petit peu de mon vécu et comment Dieu s’est fait connaître dans ma vie, des fois que cela pourrait redonner espoir à quelqu’un de savoir que cette vie à laquelle il aspire au plus profond de son être, existe bien.

Comment Dieu s’est fait connaître dans ma vie

J’ai grandi dans une famille dans laquelle depuis petit j’ai entendu parler de la Personne de Dieu.

Mes parents, ainsi que plusieurs chrétiens étant sortis des églises bâtiments, car ne trouvant plus le message, ni l’enseignement de Jésus, ont continué de se rencontrer dans leurs maisons.

Comme mes parents avaient un grand Mas à la campagne, beaucoup de rencontres ont pu se faire chez nous. Il y avait beaucoup de place pour recevoir ; et pour nous, les enfants, on avait de grands espaces pour jouer.

Nous étions plusieurs jeunes enfants de plusieurs familles, et pour nous, ces moments de rencontres étaient des moments de joie et de bonheur. On était heureux, on était au bénéfice de la vie que vivait nos parents, on respirait la paix !

La paix, car il n’y avait aucune obligation, aucun rite, pas de personne supérieure aux autres ; et ce qui m’étonnait le plus, c’était que même nous, les enfants, on était rendus participants aux échanges ; ce qui, dans le cœur d’un enfant, produit un grand sentiment de gratitude de voir la considération envers sa petite personne ; de voir que Dieu n’a aucun frein ni aucune limite pour parler au cœur des plus petits.

Ce sont des moments qui marquent profondément un être ; et sans le savoir, dans ces moments-là, je découvrais ce qu’était la bonté de l’Éternel, ainsi que sa sagesse.

J’ai grandi dans cet environnement, et lors des repas, alors que nous mangions tous ensemble, j’entendais et j’aimais ce qui se disait concernant Jésus. Je ne comprenais pas tout, mais bien qu’ayant les oreilles d’un enfant, des notions et des principes concernant la Personne de Dieu s’établissaient en moi, sans que je m’en rende compte vraiment.

Les années passaient et je grandissais, faisant aussi ma vie dans ce monde avec mes expériences et mes bêtises.

Puis un jour, alors que nous allions nous marier avec ma future épouse, nous avons reçu un coup de téléphone de Jean.

Je ne sais plus dire exactement ce qu’il nous a dit pendant ce moment, mais qu’étant « devenu grands » maintenant, il serait bon de savoir quelle vie nous désirions pour la suite, ainsi que pour notre couple.

Je sais que la chose ne m’a pas été présentée comme cela se fait malheureusement beaucoup, en disant que d’un coté il y a la vie avec Dieu, et de l’autre la vie de ce monde avec pour fin l’enfer. Car avec une telle présentation des choses cela influe forcément sur la réponse qu’un homme peut donner.

Ce que je me rappelle et qui m’a beaucoup marqué c’est la présentation de deux voies. Mais en tant que présentation, comme si deux voies bien distinctes se dessinaient à mes yeux, chose que je n’avais auparavant, pas clairement.

Cela a été donné en tant que « proposition pour être au fait des choses ». Car pour pouvoir prendre position et qu’un choix pour la vie qui nous plait puisse se faire, il faut deux voies distinctes.

Dans ce moment là ce fut comme un « moment à part », un moment où tout s’arrête. Je n’avais plus affaire avec un homme. C’est comme si Dieu parlait à mon cœur et me disait :

Quelle vie veux-tu ?

Une vie avec moi ou continuer ta vie seul ?

Choisis celle qui te plait !

C’est aussi une chose qui m’a beaucoup marqué : Choisis celle qui te plait !

C’est comme si Dieu voulait que je sois heureux : Choisis la vie que tu aimes !

Ça m’a complètement désarçonné d’être placé dans une si grande liberté, avec pourtant un si grand enjeu.

Même si j’ai été désarçonné dans l’instant, j’ai trouvé bien agréable de faire un choix par rapport à une vie qui me plaisait. C’est agréable de faire un choix dans ce rapport des choses que l’on aime ou pas, car c’est simple et on est à l’aise dans ce cas.

Cela me fait penser à la parabole de Jésus concernant la présentation du Royaume des cieux :

Le royaume des cieux est encore semblable à un filet jeté dans la mer et ramassant des poissons de toute espèce.

Quand il est rempli, les pêcheurs le tirent ; et après s’être assis sur le rivage, ils mettent dans des vases ce qui est bon, et ils jettent ce qui est mauvais. Matthieu 13:47

Ce sont les pécheurs qui jugèrent les poissons qui étaient bons, et ceux qui étaient mauvais.

J’ai donc choisi la vie que j’aimais, celle en présence de mon Dieu. Ce Dieu que je connaissais intimement, mais que j’ai appris à découvrir et que je découvre un peu plus chaque jour par Jésus aux travers de sa Parole dans les Écritures.

Aujourd’hui je suis adulte, et je fais partie de ce petit groupe de chrétien avec lequel j’ai grandi depuis que j’étais petit, ainsi que des frères et sœurs en Christ qui se sont ajoutés.

On vit comme une famille, et on échange naturellement entre nous sur les beautés que nous découvrons de Jésus.

Et je me rappelle de l’envoi d’un mail qui m’a particulièrement touché qu’avait écrit un jour Myriam.

Il y apparaissait ce qui n’existait pas, même dans mes rêves les plus beaux.

Il s’agit de cette proximité de vie avec Dieu, déjà sur la terre.

Au fond de moi je me résignais quelque part à devoir attendre le retour de Jésus pour enfin vivre une vie de communion et vivre dans la présence de Dieu plus pleinement.

J’avais bien la notion que Dieu remplit tout l’univers, mais ce jour-là au travers du mail de Myriam, j’ai découvert la présence de Dieu dans mon être intérieur. Je découvrais Dieu dans une proximité, une intimité que je ne connaissais pas avant, car pour moi j’avais affaire à un Dieu éloigné.

Mais, d’un Dieu éloigné il est passé à un Dieu tout près, et surtout accessible.

Ce Dieu que je cherchais si loin, était soudain là, tout près, tout proche !

Quel cadeau inespéré !

Je n’en revenais pas de cette nouvelle vue, comme si les innombrables kilomètres qui me séparaient d’avec Dieu, avaient disparus.

La notion d’un Père concernant Dieu devenait plus vivante et concrète à mes yeux.

Car il est difficile de pouvoir se confier à un être qui nous semble lointain et inaccessible.

C’est pourquoi Jésus a rendu accessible la proximité avec Dieu qui nous était inaccessible.

Philippe

Comment Dieu s'est fait connaître dans ma vie

par levangilededieu.fr | en version audio

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Continuez votre lecture via les différentes catégories :

Les merveilles de Jésus
Compréhensions spirituels
La foi
Études bibliques
Le commandement d’obligation
Les aticles
Les premières déviations
Les témoignages