Accueil » Articles » Que votre douceur soit connue de tous les hommes.

Que votre douceur soit connue de tous les hommes.

par | Mis à jour le 1 Sep, 2022 | Publié le 16 Sep, 2021 | Articles

 

Que votre douceur soit connue de tous les hommes.

 Philippiens 4 : 5  

 

Pour ce qui me concerne, ces paroles me parlent directement au même titre que lorsque j’avais compris que la foi est agissante par l’Amour.

Qui est pour moi, ma douceur ? C’est Jésus Christ, c’est donc Jésus Christ ma douceur qui doit être connu de tous les hommes.

Ce verset est le concentré de ce que Paul a écris aux Philippiens. C’est par la douceur de Jésus vécue en nous et manifesté par l’humilité, que toutes les divisions et intérêts personnels seront balayés et qu’alors nous pourrons aller la faire connaitre à ceux de l’extérieur, car c’est à cela que nous sommes appelés et que Jésus à Lui même vécu.

—-

A la première lecture de ce verset qui parle de la douceur, ma réaction a été bien sur de dire qu’en moi je n’en ai pas, mais en y revenant dessus j’ai vu que ce n’était pas à ça que Paul voulait emmener le lecteur dont je suis.

Paul ici ne demande pas de regarder à soi même pour faire le constat que nous n’avons pas de douceur, mais au contraire, il invite chacun à faire connaitre sa douceur à tous les hommes.

Si donc il parle de cette manière, c’est qu’inévitablement la douceur se trouve en ceux qui ont été racheté par Jésus Christ, mais nos réactions quand aux circonstances de la vie courante, nous font sans cesse croire que nous ne la possédons pas.

Nous sommes donc placés sous accusation parce que nous lisons et interprétons mal ce qui est écrit.

Si je ne possédais pas la douceur, je ne possèderais pas Christ et Jésus Christ n’habiterait pas en moi, puisque la douceur est un fruit de l’Esprit. Elle a donc son origine en Lui, en Jésus Christ le Seigneur l’Esprit.

–           Par rapport à ma façon de m’exprimer, je peux aussi me tromper lorsque je suis tentée de dire que je n’ai pas « de douceur ». La douceur est une qualité, alors que Paul propose à tous les hommes de connaitre la douceur qui est en moi. Ce n’est pas du tout pareil.

Par exemple la douceur en tant que qualité a bien sur en elle le pouvoir de panser des plaies et des souffrances intérieures, mais elle ne possède pas en elle la Vérité qui seule peut affranchir tout homme et le rendre libre.

Il est donc impossible et vain d’essayer de montrer ma douceur en tant que qualité, si cette qualité n’est pas liée à une Personne et que je nommerais ici, Jésus/Douceur.

Mais plus que cela : Paul ici ne me demande pas de montrer ma douceur aux hommes, mais c’est aux hommes qu’ils proposent de connaitre ma douceur qui est en moi.

Donc je n’ai pas à essayer de prouver quoi que ce soit en montrant une qualité qui, en réalité ne m’appartient pas. Je parle ici de la Douceur/Christ et pas de ma douceur naturelle Adamique.

Pour que les hommes connaissent la Douceur qui est en moi, il est nécessaire d’être toujours remplie de l’Esprit, sinon ce sera une douceur humaine que les hommes verront à travers moi.

C’est donc une Personne d’origine divine qui n’a aucun rapport avec les principes qui se vivent dans ce monde que l’on doit voir en moi, et non pas une qualité que je possèderais, ce qui aurait pour effet  de me mettre en avant et ainsi  substituer  la place de Celui qui est douceur.

Cela pourrait aussi fausser les cartes puisqu’on sait qu’il existe aussi de la douceur naturelle chez certaines personnes : Douceur qui peut parfois se transformer en dureté lorsque l’évangile du salut gratuit leur parvient.

Oui il y a une forme de douceur qui peut venir de la loi, et qui vient à force de se maitriser pour éviter tout débordement. L’apparence que ce chrétien cherche à donner de lui, le fait tenir sans arrêt sur ses gardes pour ne pas déborder de sa position qu’il s’est créé, mais celui qui connait Celui qui est « douceur », ne s’y trompe pas.

Donc dans ce passage, ce n’est pas de la douceur en tant que qualité naturelle que Paul a évoqué, qualité surement excellente, mais ce n’est pas celle-là qui séduit et attire les hommes à Christ.

–          La douceur elle, en tant qu’essence même de Jésus qui est aussi grâce et Vérité à le pouvoir de convaincre tout homme et de l’attirer à Dieu par Jésus Christ afin qu’il soit affranchi et sauvé par Lui.

La douceur est donc pour moi une personne qui est Jésus Christ et c’est Lui que tout homme doit voir en moi.

–          Pour moi la douceur est la première caractéristique de l’Esprit de l’Agneau et quand à ce qui me concerne, elle ne fait pas partie de ma nature formée de la terre, c’est à dire chair,  et qu’elle ne peut  donc être que d’ordre divin.

Alors de par l’invitation de Paul à ce que les hommes voient ma douceur en moi, c’est en direction de Jésus l’Esprit, Jésus Dieu, que je me tournerais pour la posséder.

Comment tous les hommes sans exception pourraient-ils connaitre ma douceur à si je n’ai pas reçu ce fruit de l’Esprit par Jésus : C’est impossible, puisque le Seigneur, c’est l’Esprit.

Manifester ma douceur à ceux que j’aime, n’est pas un problème pour moi mais manifester ma douceur à tous les hommes sans exception, cela ne pourra venir que par les qualités divines qu’un autre  possède et que je n’ai pas en moi, c’est à dire dans ma chair.

Alors sachant que la douceur a pour Nom, Jésus, et que le doute insinue en moi que je ne la possède pas ou que je la possède mal,  je ne peux  m’empêcher de faire le rapprochement avec les mots que Paul dit à la suite de ce verset, et qui sont : Le Seigneur est proche.

Je ne sais pas si j’ai bien compris la pensée de Paul mais il me semble que ce verset ne fait pas référence au retour de Jésus : Cela me semble hors cadre.

Alors je vois que Paul invite le lecteur quel qu’il soit, à aller chercher en Jésus ce qu’il pense ou croit ne pas encore posséder  et  que pourtant depuis sa position de Fils élevé il désire nous transmettre, puisqu’Il s’est donné au Père pour nous.

Oui nous avons tout en Jésus, mais pour devenir spirituel, il y a maintenant besoin d’un déplacement de centre en nous. Et la finalité sera que ce sera Jésus qui sera présenté dans Sa Douceur et pas moi ou la mienne, qui est bien changeante selon les circonstances dans lesquelles je me trouve.

Est-ce que cette invitation de Paul  ne serait pas justement  pour celui qui lit et qui se trouve brusquement interpelé par ces quelques mots ? Oui en moi se produit un phénomène qui me montre que je ne possède pas « douceur » en toutes circonstances et c’est à ça que Paul veut m’emmener lorsque je le lis.

Nous avons besoin d’être vidé de nous mêmes et d’être rempli de Jésus, et si j’estime que la douceur de Jésus en moi, n’est pas arrivé au niveau d’être digne d’être connue de tous les hommes quels qu’ils soient,  le texte me fais savoir que Jésus est proche pour moi, et que dans le domaine de la douceur, il est mon substitut pour la retransmettre à ceux qui ont besoin de la connaître et ainsi  être utile à l’œuvre de Dieu.

Oui je suis le vase dans lequel Douceur dépose sa douceur, afin de faire sentir sa bonne odeur à ceux qui vivent au milieu de la violence de ce monde.

Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. 6 Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus Christ.

Paul est en train de dire aux Philippiens ainsi qu’à moi, de ne pas s’inquiéter de ce qu’ils découvrent d’eux et qui semblerait leur monter qu’ils n’ont pas de douceur en eux, à cause de ce qu’ils vivent ainsi que des divers différents qui règne au sein de l’église locale.

La douceur je la possède pourtant, même s’il m’arrive d’en douter, car je possède Jésus Christ : Il s’est donné pour moi pour que je le reçoive, mais comme pour l’Amour et pour tous les fruits de l’Esprit qui sont évoqués dans Galates, je vois bien que l’Esprit veut les rectifier dans ma façon de tous les appréhender, car très souvent et pour ne pas dire à chaque fois, je confond ce qui est de l’Esprit et ce qui est de la chair.

C’est Jésus mon prochain proche, c’est Lui qui est ma douceur, rendue manifeste par son humilité. Matthieu  21 reprend en partie les paroles du prophète Zacharie 9,  et cite cette qualité qui est inhérente à  Jésus.

Zacharie 9  v 9  Sois transportée d’allégresse, fille de Sion! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem! Voici, ton roi vient à toi; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, Sur un âne, le petit d’une ânesse.

——

Matthieu 21 : 4.  Or, ceci arriva afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète: 5.  Dites à la fille de Sion: Voici, ton roi vient à toi, plein de douceur, et monté sur un âne, sur un ânon, le petit d’une ânesse.

Ce que je vois dans Matthieu c’est qu’il est noté que Jésus était plein de douceur, au même titre qu’il est plein de Grâce et plein de Vérité.

Toutes ces notions ma ramène à ce que dit Paul dans Corinthiens lorsqu’il dit que Jésus a été fait pour moi, sagesse justice rédemption, sanctification et je rajouterais « douceur ».

Oui Il a été fait tout cela pour moi et par la foi je m’empare de ce qu’Il est.

Il a aussi été fait pour moi « douceur », afin que je devienne à mon tour douceur par Lui pour les autres sans exception de personnes.

Je dirais alors que la douceur dans une personne est la manifestation de sa disposition d’esprit et de cœur. Elle attire et réconforte celui qui est épuisé parce que souvent il cherche un « ailleurs » dont il ne connait pas le chemin pour y parvenir.

Par sa manifestation la douceur révèle à celui qui la découvre chez son prochain, où se trouve les intérêts de la personne qui la manifeste, car la douceur qui est le fruit de l’Esprit et ne vient qu’après un véritable abandon de soi même et cela me ramène au chapitre 2 de cette lettre.

3 Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. 4 Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. 5  Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 7  mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. 9  C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, 10  afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, 11  et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

La douceur dont a manifesté Jésus dans toute son œuvre et même au sein de la persécution,  est en direction des intérêts de Dieu pour attirer les hommes à Lui.

C’est donc l’Esprit de Jésus en moi qui manifeste douceur. Et sans l’Esprit cette pourtant bien belle qualité que je pourrais posséder, s’arrêtera uniquement au niveau humain, c’est-à-dire s’arrêtera à un certain niveau, qui sera celui de ne pouvoir supporter d’être  persécuté à cause de la personne qui a pourtant accepté d’habiter en moi.

Pour posséder « Douceur », il est  donc nécessaire que j’ai vu « qui est Jésus », que je l’ai connu, vu et entendu, car la douceur, c’est Lui. C’est par la connaissance de Jésus/Douceur, que douceur en tant que fruit de l’Esprit me parviendra et que tous les hommes pourront la connaitre.

Alors ce que j’ai compris, c’est que Paul me montre que Jésus est près de tous les hommes et que c’est par sa douceur, qu’Il se fera connaitre à eux. Oui c’est donc Jésus que je dois présenter et pas moi.

L’Esprit de douceur est un principe qui n’a pas sa place dans l’esprit de ce monde et pourtant  c’est par ce moyen là que le Père veut  attirer les âmes vers le Fils et cela ne peut se faire que par l’Eglise dont je fais partie.

L’Eglise est à l’intérieur de son Prochain proche qui est Jésus et lorsque l’Eglise côtoie le monde, c’est la Douceur/Jésus que le monde côtoie.

La douceur qui est le fruit de l’Esprit se manifeste au-delà de toutes les situations que nous traversons et pour moi je viens de m’apercevoir que d’atteindre la douceur qui est en Jésus est d’un très très haut niveau.

Cette lettre aux Philippiens m’invite à dépasser le cadre de la communion fraternelle, pour aller me diriger vers le monde qui se meurt et cela avec un Esprit de douceur, puisqu’elle est un fruit de l’Esprit.

Etant un fruit de l’Esprit, il est donc évident que c’est l’Esprit de Jésus que je présenterais dans sa douceur.

Paul  m’invite  à ne pas me tromper sur le but à atteindre qui est de ne pas marcher comme le font certaines religions qui vivent leur douceur (fausse douceur ou douceur non encore aboutie) en vase clos, mais à avoir sur le monde le même regard que lui porte Jésus Christ.

Je dirais donc que la douceur est la marque d’une spiritualité évidente chez un chrétien car la douceur est liée à l’humilité et est l’image même de la nature de Jésus Christ. La douceur révèle l’Esprit de la croix et du don de soi. Elle attire irrésistiblement quiconque la découvre, vers un ailleurs céleste et éternel, car la terre ne la possède pas.

La douceur est contraire et même opposée à l’esprit du monde et je ne suis pas étonnée que Paul me demande de la révéler aux hommes de ce monde.

C’est uniquement lorsque le monde verra que l’Eglise marche dans un principe autre que le sien, que l’évangile de Dieu sera manifesté, pas avant.

Je dirais maintenant que celui qui peut manifester la douceur, c’est celui qui n’a plus de problème avec lui même et plus de problème avec la loi.

Celui qui est encore sous loi, ne peut pas manifester la douceur, car celui là est en lutte avec lui même quand à la recherche de la mise  en pratique des commandements de la loi. Ne parvenant pas à atteindre la Sainteté de Dieu dans ses exigences divines, son cœur devient dur à force de luttes et de combats intérieurs.

Alors pour celui qui marche sous le régime de la loi, la douceur devient pour lui, le fruit de l’Esprit inaccessible.

Etant en conflit personnel permanent, il est impossible que la douceur de Christ puisse se manifester par lui.

Mais pour  celui en qui se trouve douceur  elle est reconnue en lui par tous les hommes.

C’est la douceur en nous qui révèle qui est le Maitre à qui nous appartenons  et qui vit en nous.

C’est donc Jésus qui à travers nous, se fait connaitre à tous les hommes.

Oui Paul ne dit pas que je dois faire connaitre ma douceur à tous les hommes, mais que ce soit les hommes qui connaissent ma douceur, ou  formulé autrement qu’ils reconnaissent la douceur qui est en Dieu et qu’ils connaissent déjà par intuition dans leur être intérieur.

En effet si c’était moi qui devais faire connaitre ma douceur, il y aurait ici la main de l’homme, mais si ce sont les hommes qui voient en moi ma douceur, alors ce sera la preuve que je suis porteuse d’une chose qui ne m’appartient pas en propre et que je ne tirerais aucun mérité lorsqu’on m’en fera la remarque.

Jean 3 ;16.  Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. 17.  Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

Par cette lettre de Paul, l’Esprit  me dit que par Jésus Christ j’ai reçu en moi tout ce qui était nécessaire pour vivre sa Vie sur terre et que la douceur est le concentré de toutes les qualités qui sont en Lui, Jésus.

Lorsque je lis Jésus et que  je l’entends je n’y vois partout que douceur et c’est elle qui m’attire à Lui, parce qu’elle fait partie de Lui : Elle est Lui.

Monique

Que votre douceur soit connue de tous les hommes.

en cours d'enregistrement

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Continuez votre lecture via les différentes catégories :

Les merveilles de Jésus
Compréhensions spirituels
La foi
Études bibliques
Le commandement d’obligation
Les aticles
Les premières déviations
Les témoignages